Un peu d’art

Ma grande suit des cours d’art plastique et en cette rentrée elle a travaillé sur une oeuvre de Jan Van Eyck et plus précisément sur « Les époux Arnolfini »:

Je trouve cette oeuvre très intéressante, d’où mon article. Je ne suis pas une grande amatrice d’art, mais certaines oeuvres et artistes attirent mon attention.
Cette oeuvre me semblait familière et pour cause, je suis fan de la série Desperate Housewives.
Regardez bien le générique:

Je vous copie ici le contenu du PDF trouvé sur le net que je trouve très clair et détaillé donnant vraiment envie de s’intéresser un peu plus à l’art:

Étude du générique des « Desperate Housewives »
Art, Rupture et continuité : représentation de la femme à travers différentes époques
Détournement d’œuvres picturales originales (pose la question de la citation, de l’emprunt, de l’originalité).
Desperate Housewives est une série américaine très populaire qui met en scène la vie de tous les jours de quatre femmes au foyer dans la banlieue chic de « Wysteria Lane ».

La musique du générique :
Le compositeur
DANNY ELFMAN. (Également créateur du générique du dessin animé Les Simpsons)

Les images du générique retracent l’évolution de la condition de la femme, son émancipation. Elles défilent en accord avec la chronologie historique: les références utilisées partent de la Génèse jusqu’à nos jours.

Première scène: Le Commencement 
Tableau de Lucas Cranach l’Ancien, peintre du 15ème siècle. Il représente Adam et Eve dans le jardin d’Eden. Eve a une pomme dans la main et la propose à Adam. Dans la version biblique, Eve tend le fruit défendu à Adam qui croque dedans, ce qui les amène à être chassés du Jardin d’Eden.
– oeuvre détournée : C’est Eve qui croque dans la pomme : Adam est écrasé par une pomme géante.

page1image11512

Étude du générique des « Desperate Housewives »
Art, Rupture et continuité : représentation de la femme à travers différentes époques
Détournement d’œuvres picturales originales (pose la question de la citation, de l’emprunt, de l’originalité).
Desperate Housewives est une série américaine très populaire qui met en scène la vie de tous les jours de quatre femmes au foyer dans la banlieue chic de « Wysteria Lane ».
La musique du générique :
Le compositeur
DANNY ELFMAN. (Également créateur du générique du dessin animé Les Simpsons)
Les images du générique retracent l’évolution de la condition de la femme, son émancipation. Elles défilent en accord avec la chronologie historique: les références utilisées partent de la Génèse jusqu’à nos jours.
Le Commencement
Première scène: tableau de Lucas Cranach l’Ancien, peintre du 15ème siècle. Il représente Adam et Eve dans le jardin d’Eden. Eve a une pomme dans la main et la propose à Adam. Dans la version biblique, Eve tend le fruit défendu à Adam qui croque dedans, ce qui les amène à être chassés du Jardin d’Eden.
– oeuvre détournée : C’est Eve qui croque dans la pomme : Adam est écrasé par une pomme géante.

page1image11512 

Deuxième scène : L’Egypte antique
Dans cette scène, on peut voir au premier plan la reine Néfertari (Elle était reine et épouse du pharaon Ramsès II. Elle donna naissance à 10 enfants) et en arrière-plan, un temple égyptien.
Ce temple est une œuvre de David Roberts (1796-1864), reproduite en lithographie par
Louis Haghe: L’Hypostyle du temple de Philae. La lithographie est un procédé d’impression utilisant une pierre calcaire. David Roberts était un peintre TOPOGRAPHE, c’est-à-dire un peintre qui reproduit des lieux. L’hypostyle vient du grec « hypostolus » qui signifie : supporté par des colonnes.
– oeuvre détournée : Néfertari est entourée d’une multitude d’enfants tellement envahissants qu’ils finissent par la faire tomber.
A quel personnage de la série, Néfertari peut-elle faire penser ?

page2image7400

Troisième scène : La Renaissance
Tableau de Jan Van Eyck, peintre flamand, intitulé « Les Epoux Arnolfini » (1434). Van Eyck est connu pour son sens du détail et de la minutie. Le tableau représente le mariage d’un riche marchand italien avec une jeune femme issue d’un rang social inférieur.
La femme a l’air soumise et dévoué, elle baisse les yeux. À l’arrière-plan, on remarque un petit balai accroché au montant d’un meuble.

– oeuvre détournée : le détail du balai est repris puisque la femme s’en sert pour nettoyer la peau de banane que jette négligemment son mari.
A quel personnage pense –t-on en voyant cette femme ?

page3image6480

Quatrième scène : Le XX siècle
– œuvre originale : « American Gothic » de Grant Wood. Ce tableau est un hommage aux fermiers protestants du Middle West américain et représente un couple relativement peu accueillant : l’homme tient une fourche dans sa main. Toute intrusion extérieure est interdite et ce barrage peut être aussi dressé entre sa femme et d’éventuels séducteurs.
– oeuvre détournée : c’est le mari qui est séduit par une pin-up peinte par Gil Elvgren. Sa femme, plus âgée et bien moins attirante, se fait alors mettre en boîte de sardines, qui se retrouve dans la séquence suivante.

page4image6096

Cinquième scène : Les deux guerres mondiales
– œuvre originale : Affiche de propagande de la 2nde guerre mondiale de Dick Williams. Cette affiche était censée inciter les jeunes femmes à rationner leurs aliments pour éviter tout risque de pénurie pendant la guerre.
– oeuvre détournée : la femme croule sous le poids de ses provisions et laisse finalement tomber une boîte de Campbell’s Tomato Soup, peinte par Andy Warhol et qui atterrit dans une nouvelle illustration.

page5image4952

Sixième scène : Les années 80
– œuvres originales : images de pop’art de Robert Dale. Le pop-art est un mouvement artistique des années 60 qui utilise notamment comme sources d’inspiration la société de consommation et les bandes dessinées.
– oeuvre détournée : la combinaison de ces deux œuvres de Robert Dale montre que les mœurs ont évolué et que la femme est maintenant à bout. Le romantisme du couple se transforme en violente scène conjugale pendant laquelle la femme donne un coup de poing à l’homme qui disparaît.
Après avoir vécu des siècles d’humiliation, après avoir vécu passivement sous l’autorité des hommes, la femme se révolte.


page6image6176

Dernière scène du générique : De nos jours
Le générique se termine comme il a commencé : dans le jardin d’Eden. Adam et Eve ont été remplacés par les héroïnes de la série (Bree, Susan, Gabrielle et Lynette), le fruit défendu dans la main. Par contre, on ne sait pas si elles vont le croquer.

Conclusion : Le générique de Desperate Housewives montre les différents types de femmes, de l’épouse soumise à la femme rebelle en passant par l’épouse surpuissante, et dresse un portrait de la femme au foyer à travers les âges. Il montre également différents grands courants artistiques et restitue la place de la femme dans ceux-ci. page1image11840

Retrouvez toutes les images accompagnant le texte dans le PDF.
C’est un générique que j’ai toujours apprécié pour son originalité qui nous apprend beaucoup.
Publicités

Laisser un commentaire, ça me fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s